visite distillerie Demerara

Lolo fait le tour du monde du rhum : Les rhums El Dorado


Laura, pour cette deuxième visite de distillerie, prend la direction du Guyana et nous fait partager sa rencontre avec l’équipe de la distillerie Demerara qui élabore la gamme des rhums El Dorado.

Préparez vous, on part dans un pays peu connu, où apparemment personne que je connais n’a encore mis les pieds…. le Guyana !

logo El Dorado « Rendez-vous pris avec la distillerie DDL qui produit le rhum El Dorado, très connu pour le dernier alambic Coffey still en bois encore en production.

Ici, tout le monde voyage en mini bus, alors pourquoi pas moi ? Je monte dans le bus qui prend la direction de DDL et descends au beau milieu d’une grande route où se mêlent travaux sur la voix publique et voitures… mais l’odeur de la distillerie est bien là, je ne me suis pas perdue !

Arrivée à la distillerie, je rencontre Darryl en charge de la production qui m’emmène faire le tour de la distillerie : de la fermentation à l’embouteillage !

 Le secret des rhums El Dorado

Pour la petite histoire : la distillation du rhum, au Guyana, est apparue en 1670. A cette époque beaucoup de distilleries étaient en production dans le pays, chacune d’entre elles avait sa propre colonne à distiller ou alambic pot still. Au fur et à mesure les distilleries se sont regroupées et aujourd’hui il n’en reste plus qu’une : Demerara distillery.

Lors de la visite, j’ai pu comprendre ce qui rend le rhum El Dorado si différent et qui en fait un de mes préférés. Lors des regroupements de distilleries, Demerara a conservé les différentes colonnes et pot stills et a continué à les exploiter. Elle détient aujourd’hui, entre autres, une colonne Savalle du 18ème siècle, 2 Pot still en bois (un simple Versailles et un double Port Mourant) du début du 18ème et une colonne Coffey still en bois (Enmore – la dernière au monde en production) de plus de 250 ans… Autant d’outils qui permettent de créer des assemblages très intéressants pour les rhums El Dorado.

Chaque rhum El Dorado au delà de son âge se différencie par son assemblage entre les différents rhums issus des colonnes et Pot still. C’est ce qui fait à mon sens la qualité des rhums El Dorado !

 Découverte des gammes de rhums El Doradogamme El Dorado

La première gamme rassemble les 4 « speciality rums » :

  • El Dorado 3 ans (blanc) est issu de la colonne Savalle , on retrouve des arômes de coco, de bois et de noisettes… Top en Daïquiri !
  • El Dorado 5 ans que je n’ai pas goûté…
  • El Dorado 8 ans est un assemblage de Coffey et de Savalle avec un soupçon de Pot Still. On retrouve des notes de caramel et de fut de chêne
  • Spiced rum dont l’épice principale est la cannelle.

 

El Dorado 15 ans La deuxième gamme «Special reserve » comprend 4 rhums plus âgés allant de 12 à 25 ans:

  • El Dorado 12 ans (mon favori pour le rum & coke) est un assemblage de colonne Coffey en bois et de coffey classique en métal. Ses notes de caramel et de crème au caramel vont parfaitement avec le cola pour l’apéro : à 1,5€ le verre, on peut se le permettre…
  • El Dorado 15 ans est le le premier rhum produit par El Dorado, il est issu des Pot still en bois simple et double – On retrouve plus particulièrement les notes de tabac et de cuir. Le rhum à déguster pour découvrir l’âme d’El Dorado !
  • El Dorado 21 ans est un assemblage de colonne Coffey en métal et de pot still simple en bois. Beaucoup plus complexe et doux à la fois, il a un premier nez de banane, de mélasse et évolue ensuite vers des arômes de cuir et d’épices…
  • El Dorado 25 ans : malheureusement pas testé…

La visite de la distillerie Demerara est très intéressante avec une histoire riche, et des rhums excellents.

Prochaine étape à Sainte Lucie, où je vous ferai partager les secrets du Chairman reserve, Ste Lucie 1931, Admiral Rodney et plein d’autres rhum locaux…  »

Lolo

Et n’oubliez pas d’aller faire un tour sur le blog de Lolo pour plus d’infos et d’aventures rhumesques : Rum-the-world.blogspot.fr

rhums angostura

Lolo fait le tour du monde du rhum : Distillerie Angostura à Trinidad


Cette semaine Lolo nous fait voyager au coeur de la distillerie Angostura. Le voyage commence à 12h de vol de Paris : Trinidad et Tobago, 1ère étape d’un long voyage sur la route des rhums du monde qui vous emmènera jusqu’à la Réunion en passant par la Thaïlande, l’Amérique centrale, les îles du Pacififique et les Caraïbes…. Suivez l’aventure « Rum the World » aussi sur Facebook

Distillerie Angostura

« A peine le temps de prendre mes repères dans cette ville de Port of Spain que j’ai déjà un rendez-vous pour le lendemain avec John Georges master distiller de la maison Angostura.

Après une soirée et une nuit à réfléchir à toutes les questions que je souhaiterais lui poser, je me lève, prends ma caméra, mon carnet, mon stylos et me voilà en route pour la distillerie Angostura qui s’est établie dans le quartier plutôt chaud de Laventille.

Je fais rapidement connaissance avec John Georges, personnage très sympathique. Il travaille dans le groupe depuis 1982, et connaît l’histoire d’Angostura comme personne… Pas besoin de lui poser mes questions, la conversation s’entame très naturellement et il vient à me raconter les débuts de la maison Angostura.

Angostura Bitters stockage L’histoire commence en 1824 avec le fameux Angostura Bitter créé par le Docteur Siegert qui était à l’origine un médicament contre les maux d’estomac… Ce dernier avait la particularité de se boire non pas à la cuillère mais directement par l’ajout de quelques gouttes dans votre verre.

Après plusieurs années de succès au Venezuela, la société a déménagé à Trinidad pour des raisons fiscales et douanières… Les taxes vénézuéliennes sur l’import des matières premières pour le bitter étaient trop élevées.

La production de rhum a débuté aux alentours de 1877 juste après le déménagement. A cette époque, Angostura ne distillait pas encore ses propres rhums mais achetait l’alcool puis le faisait vieillir et s’occupait de l’assemblage. Ce n’est qu’en 1947, que le petit fils du fondateur avec 2 associés ont construit la distillerie qui avait pour particularité une distillation continue à l’aide de 5 colonnes (procédé toujours en place à l’heure actuelle).

colonnes de distillationLe rhum Angostura doit sa particularité et ses arômes à plusieurs éléments :

  • Tout d’abord, Angostura est un rhum distillé à partir de la fermentation de la mélasse qui renferme des arômes de caramel qui se sont formés lors de la cristallisation du sucre.
  • D’autre part, la levure utilisée dans le processus de fermentation est fabriquée par Angostura elle même.
  • Pour terminer, John insiste sur le vrai point fort d’Angostura : le vieillissement et l’assemblage, savoir faire transmis de génération en génération depuis 1877…

Pour cloturer en beauté cet entretien, John me fait déguster 4 de ses rhums vieillis en fut de chêne de Bourbon.

5 ans 7 ans 1919 – assemblage de rhums entre 5 et 10 ans 1824 – 12 ans
Robe Doré clair – des rayons de soleil matinaux dans le verre Plus foncé – ambré Similaire au 5 ans Ambre plus foncé
Nez Plutôt sec, puis quelques notes de banane et enfin, très légèrement, l’odeur du fut de chêne Chocolat, noix de coco, vanille puis l’odeur plus marquée du fut de bourbon Vanille, caramel beurré Raisins, dattes, miel, puis quelques notes de tabac et de cuir
Bouche Léger, parfait pour un cocktail fruité On retrouve bien les arômes en bouche puis viennent quelques notes boisées du fut Doux, crémeux – très utilisé par les barmans lors des concours de cocktails Fruité et épicé, il se développe bien en bouche puis s’en va de manière élégante

angostura-rum

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Sachez apprécier et consommer avec modération.

 

itiniraire rhums du monde

Lolo fait le tour du Monde du rhum : Présentation du projet


Je vous ai annoncé lors du premier article de l’année 2015, que nous allons vous faire partager l’aventure d’une blogueuse partie faire « la route du rhum » autour du monde. Laura, vous présente aujourd’hui son projet de tour du monde du rhum qui démarre en cette fin de mois de janvier par les Caraïbes.

« Je me présente, je m’appelle Laura mais vous pouvez m’appeler LOLO…

lolo Quoi de mieux pour prendre de la hauteur, que de présenter mon aventure à 8000m d’altitude au dessus de l’Atlantique ?
Cela fait quelques mois que je prépare un projet un peu fou, qui va me mener à travers le monde à la découverte des cultures, des pays, des coutumes, des gens et aussi des RHUMS du monde.
Après 4 ans de conseil en finance chez KPMG à Paris, j’ai décidé de laisser de coté, pendant 9 mois, mon tableur excel, mes aussi mes copains, ma famille, mon apart’, ma YOLO’s car et ma ville : Paris (« Putain j’aime Paris »)… Bref tout cela pour réaliser un rêve parce que rêver c’est bien mais les vivre c’est mieux…

Passionnée par les cocktails puis ensuite par le rhum, la richesse de son histoire, ses subtilités, sa palette de saveurs…
Passionnée par les voyages, les rencontres, la nouveauté, l’inconnu…

Je vais essayer à travers les épisodes de cette Web série, de vous emmener avec moi autour du monde du Rhum. Au programme 15 pays, 9 mois, un objectif de plus de 50 rhums à découvrir.

La première étape de cette aventure : LES CARAÏBES
– 1er arrêt : Trinidad et Tobago qui produit le fameux rhum Angostura, et qui regorge, j’en suis certaine, de plein d’autres trésors. (découvrez la 1ère étape et son récit à la distillerie Angostura)

Alors, comme ils disent ici : Welcome aboard, please fasten you seat belt, and get ready for an amazing trip !

LOLO »

Rendez-vous dans quelques semaines pour l’épisode 1 – Trinidad et Tobago
et … Let’s Rum the World : rum-the-world.blogspot.fr