Archives du mot-clé rhum

L’avenir du rhum passera-t-il par une classification des rhums ?


L’univers du rhum est en pleine expansion, différentes enquêtes et études de marché le démontrent. Il n’y a qu’à regarder les rayons d’alcools dans les grands magasins pour constater l’augmentation du nombre de références de rhums. Face à ce constat, apparait un enjeu de taille pour les amateurs de rhum : comment s’y retrouver entre tous ces rhums de provenance et de traditions différentes. Même si le sujet a déjà été abordé pour les rhums des Caraïbes avec l’article sur ACR, cette nouvelle démarche naissante à l’initiative de Lucas Gargano est plus globale.

Dans le dernier numéro disponible de Fine Spirits magazine, Daniele Biondi argumente aux cotés de Luca Gargano sur la nécessité de structurer les catégories de rhums. Ils s’appuient sur la réussite du whisky avec la création d’une distinction entre les blends, les blended malt et les single malts pour poser les bases d’une classification des rhums et définir 3 paramètres influents sur le style et la qualité d’un rhum.

1 – La matière première où l’on distingue le jus de canne de la mélasse.

2 – La technique de distillation du rhum
Différents types d’alambics sont utilisés, et parfois avec plusieurs variantes. Cependant 2 principes s’opposent :

– la distillation discontinue avec l’alambic à repasse appelé aussi « pot still »

alambic-pot-still

– La distillation en continu avec les différentes variantes d’alambic à colonne dont les coffey still, les colonnes créoles, en acier en cuivre….

alambic à colonne

3 – La traçabilité du processus d’élaboration du rhum depuis le champ de canne jusqu’à la mise en bouteille.

Il s’agit ici de s’inspirer des classifications qui existent dans le champagne par exemple et de les transposer en distinguant le producteur de rhum qui cultive ses propres champs de canne, de celui qui importe un rhum blanc sorti de distillerie et qui ne réalise qu’un travail de vieillissement ou d’élevage. Parfois encore les marques de rhum sélectionnent des fûts chez un négociant et procède à l’embouteillage avec ou sans assemblage comme pour les cuvées de la Confrérie du Rhum. C’est souvent un choix stratégique qui n’affecte pas la qualité intrinsèque du rhum.

On le constate, il y a une grande disparité dans les rhums commercialisés et il n’est pas toujours très facile de connaitre avec certitude l’origine du rhum et son mode d’élaboration, peu d’informations figurent sur la bouteille de rhum.

Au travers de ce dernier paramètre, c’est de l’authenticité dont il est question, et pour nous autres Français, la notion d’authenticité et de terroir a du sens. Parce qu’un rhum distillé, vieilli et embouteillé en Martinique dont la canne est cultivée sur l’Ile de la Martinique est nécessairement représentatif d’un style identifiable gustativement.

La qualité d’un produit n’est cependant pas affectée par les différentes traditions de vieillissement qu’il s’agisse de méthode « classique »dite statique, « Solera » ou encore double vieillissement (Caraïbes + Europe) par exemple. Mais les étiquettes des rhums doivent être le reflet de son élaboration afin d’apporter la clarté nécessaire au choix de l’amateur sur l’authenticité de sa provenance.

Cette transparence est aujourd’hui la règle que réclament à juste titre les consommateurs dans le domaine de l’alimentaire, alors pourquoi les marques de rhum ne feraient pas un effort dans ce sens pour ce rhum que nous adorons et qui nous passionne !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Sachez apprécier et consommer avec modération.

Salon Rhum Fest Paris 2015 : Une grande cuvée en préparation


Le Rhum Fest Paris revient au parc floral de Vincennes pour la seconde année consécutive. 2014 fût un beau succès pour les organisateurs, puisque 4000 visiteurs particuliers et professionnels se sont rendus à cet évènement unique. Pour cette nouvelle édition 2015, le Rhum Fest Paris s’annonce encore plus grandiose avec la présence de producteurs, ambassadeurs et maîtres de chai de tous les continents.

exposants rhumfest 2015 Paris Le Rhum Fest Paris se tiendra du 23 au 25 mai, avec 2 journées ouvertes au public au lieu d’une seule journée l’année dernière, le lundi 25 étant réservé aux professionnels, barmans, caviste, revendeurs … Plus de 100 marques sont déjà annoncées et 500 références de rhums du monde seront représentées.

Nouveautés de l’année 2015 au Rhum Fest Paris

Un espace sera réservé aux rhums de demain avec de nouveaux embouteilleurs indépendants, de nouveaux rhums arrangés, un rhum thaïlandais, de nouvelles cachaças et toute l’actualité des rhums épicés, une catégorie très dynamique ces derniers temps et très appréciés pur sur glace ou en cocktails.

Les animations seront encore nombreuses cette année avec la dégustation d’une sélection de rhums rares à l’Habitation Rhum Fest accessible avec un Pass VIP, l’académie du rhum proposera de nombreux master classes dans un nouvel espace, et un bar central proposera de découvrir l’art de la création de cocktails autour d’une dizaine de marques de rhum.

Enfin une animation inédite devrait permettre de vivre une expérience sensorielle dans la black box. La dégustation de rhums dans le noir révèlera à coup sur de nouvelles sensations, peut être même d’étranges impressions… En complément de cet article retrouvez l’interview de C Hugon fondateur du Rhum Fest Paris.

Vous hésitez encore à faire le déplacement à la capitale pour le Rhum Fest Paris 2015 ?

Mon bon plan  : -10% sur vos billets avec le code BOUTIQUERHUM grâce au partenariat avec la boutique en ligne www.boutique-rhum.com.
Moi, j’ai décidé de réserver mon week-end de Pentecôte pour l’unique salon des rhums en France, c’est l’occasion rêvée de découvrir la diversité des styles et des arômes 😉banniere-rhum-fest-2015

Informations pratiques
Le Rhum Fest Paris 2015 se déroulera du 23 au 25 mai 2015 au Parc Floral de Paris.
Le samedi et dimanche, le salon est ouvert au public (muni d’un billet) de 13 heures à 19 heures. Ouverture dès 12h avec le pass VIP
Les billets (30€ / 1 jour , 50€ / 2 jours) sont vendus en ligne sur www.rhumfestparis.com Le verre à dégustation vous est offert à l’entrée.

Accès:
Par la ligne 1 du métro: station Château de Vincennes.
Par le bus 46: station Parc Floral (Terminus).
Voiture : à 5min du périphérique, sortie Joinville puis Route de la Pyramide. Parkings bois de Vincennes à Proximité

Réservation du billet d’entrée sur le site du Rhum Fest Paris 2015.

Dégustation du rhum cuvée n°2 de la Confrérie du Rhum


C’est avec impatience que j’aborde cette cuvée n°2 de la Confrérie du rhum, après une première cuvée réussie et plutôt originale. Les 55 bouteilles ont rapidement été vendues, mais combien seront ouvertes ? Nombreux sont ceux qui avouent une tendance à la collection de bouteilles de rhum belles, rares, originales… Cette cuvée n°1 de la confrérie ne sera pas restée orpheline très longtemps, puisque la joyeuse équipe d’administrateurs de la Confrérie du Rhum auront déjà embouteillé la deuxième cuvée quand vous lirez cet article.

etiquette-cuvee2-confreriePour cette deuxième cuvée, la bouteille reste classique et reprend la forme de la précédente cuvée, mais cette fois l’étiquette est réalisée sur fond clair en surimpression du logo de la Confrérie du Rhum. Toutes les informations de traçabilité sont bien présentes sur l’étiquette.
Il s’agit d’un rhum traditionnel de Guadeloupe distillé en 1998 par la distillerie Bellevue (Le Moule) propriété de la marque Damoiseau. C’est un rhum single cask (fût unique) embouteillé après 16 ans et 9 mois de vieillissement dont 15 années passées sous le climat tropical de la Guadeloupe. Ce fût numéro 86 à permis d’embouteiller 156 bouteilles de cette cuvée n°2 de la Confrérie du rhum à 42%.

cuvee-2-robeCouleur du rhum : La teinte d’un superbe ambré à reflets cuivrés est profonde et lumineuse. Elle suscite en moi la gourmandise d’autant plus qu’en versant mon échantillon dans le verre, le rhum se révèle gras avec la formation de jambes qui glissent très lentement le long de la paroi du verre.

Nez du rhum : Il exprime une puissance très marquée par les arômes de banane rôtie mêlée de fruits secs grillés, pommes caramélisés, des arômes pâtissiers de moka, praliné. Ce rhum Guadeloupe 1998 à un caractère très affirmé et il est plutôt représentatif du style Damoiseau, même si c’est un rhum de mélasse.

En bouche : C’est immédiatement un bouquet d’épices qui envahie la bouche, avec des notes de cannelle, muscade et vanille. On retrouve les amandes grillées accompagnées de notes pâtissières, de cake aux raisins secs, c’est véritablement un rhum gourmand !

cuvee 2 confrerie du rhum
crédit photo: MsOdD

Finale : La finale est longue et assez chaude sur les épices, et les notes boisées. Le fond de verre boisé et fumé révèle l’utilisation d’anciens fût de bourbon pour le vieillissement. C’est incontestablement un rhum de fin de soirée, que l’on apprécie entre amis à la nuit tombée. Pour tous ceux et celles qui souhaiteraient acquérir une de ces bouteilles, la bouteille sera commercialisée au prix de 65€ TTC (156 bouteilles disponibles). Cet article a été réalisé grâce à l’envoi d’un mini échantillon par la Confrérie du Rhum dont je remercie ici les administrateurs (Benoît, Jerry et Vincent).

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

Lolo fait le tour du monde du rhum : Distillerie Angostura à Trinidad


Cette semaine Lolo nous fait voyager au coeur de la distillerie Angostura. Le voyage commence à 12h de vol de Paris : Trinidad et Tobago, 1ère étape d’un long voyage sur la route des rhums du monde qui vous emmènera jusqu’à la Réunion en passant par la Thaïlande, l’Amérique centrale, les îles du Pacififique et les Caraïbes…. Suivez l’aventure « Rum the World » aussi sur Facebook

Distillerie Angostura

« A peine le temps de prendre mes repères dans cette ville de Port of Spain que j’ai déjà un rendez-vous pour le lendemain avec John Georges master distiller de la maison Angostura.

Après une soirée et une nuit à réfléchir à toutes les questions que je souhaiterais lui poser, je me lève, prends ma caméra, mon carnet, mon stylos et me voilà en route pour la distillerie Angostura qui s’est établie dans le quartier plutôt chaud de Laventille.

Je fais rapidement connaissance avec John Georges, personnage très sympathique. Il travaille dans le groupe depuis 1982, et connaît l’histoire d’Angostura comme personne… Pas besoin de lui poser mes questions, la conversation s’entame très naturellement et il vient à me raconter les débuts de la maison Angostura.

Angostura Bitters stockage L’histoire commence en 1824 avec le fameux Angostura Bitter créé par le Docteur Siegert qui était à l’origine un médicament contre les maux d’estomac… Ce dernier avait la particularité de se boire non pas à la cuillère mais directement par l’ajout de quelques gouttes dans votre verre.

Après plusieurs années de succès au Venezuela, la société a déménagé à Trinidad pour des raisons fiscales et douanières… Les taxes vénézuéliennes sur l’import des matières premières pour le bitter étaient trop élevées.

La production de rhum a débuté aux alentours de 1877 juste après le déménagement. A cette époque, Angostura ne distillait pas encore ses propres rhums mais achetait l’alcool puis le faisait vieillir et s’occupait de l’assemblage. Ce n’est qu’en 1947, que le petit fils du fondateur avec 2 associés ont construit la distillerie qui avait pour particularité une distillation continue à l’aide de 5 colonnes (procédé toujours en place à l’heure actuelle).

colonnes de distillationLe rhum Angostura doit sa particularité et ses arômes à plusieurs éléments :

  • Tout d’abord, Angostura est un rhum distillé à partir de la fermentation de la mélasse qui renferme des arômes de caramel qui se sont formés lors de la cristallisation du sucre.
  • D’autre part, la levure utilisée dans le processus de fermentation est fabriquée par Angostura elle même.
  • Pour terminer, John insiste sur le vrai point fort d’Angostura : le vieillissement et l’assemblage, savoir faire transmis de génération en génération depuis 1877…

Pour cloturer en beauté cet entretien, John me fait déguster 4 de ses rhums vieillis en fut de chêne de Bourbon.

5 ans 7 ans 1919 – assemblage de rhums entre 5 et 10 ans 1824 – 12 ans
Robe Doré clair – des rayons de soleil matinaux dans le verre Plus foncé – ambré Similaire au 5 ans Ambre plus foncé
Nez Plutôt sec, puis quelques notes de banane et enfin, très légèrement, l’odeur du fut de chêne Chocolat, noix de coco, vanille puis l’odeur plus marquée du fut de bourbon Vanille, caramel beurré Raisins, dattes, miel, puis quelques notes de tabac et de cuir
Bouche Léger, parfait pour un cocktail fruité On retrouve bien les arômes en bouche puis viennent quelques notes boisées du fut Doux, crémeux – très utilisé par les barmans lors des concours de cocktails Fruité et épicé, il se développe bien en bouche puis s’en va de manière élégante

angostura-rum

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Sachez apprécier et consommer avec modération.

 

Comment apprécier un rhum lors d’une séance de dégustation ?


Quelques bons conseils pour déguster votre rhum en trois étapes.

Pour déguster les rhums, quels qu’ils soient, il faut prendre son temps et prendre du plaisir en premier lieu. Le meilleur moment pour déguster un rhum, c’est plutôt à l’heure de l’apéritif où vos papilles sont complètement disponibles pour ressentir les arômes et saveurs. Je vous propose quelques conseils en trois étapes pour bien déguster les rhums !

robe-rhums

1° La robe du rhum: C’est le plaisir des yeux

Jaune pâle, or brillant, reflets orangés, cuivrés, ambres…Le rhum se raconte dans un nuancier qui évoque le soleil couchant.

Un rhum à la robe claire ne préjuge, ni de l’intensité de ses arômes ni de sa texture.

Une robe ambrée soutenue annonce un long vieillissement ou la présence de fûts travaillés (rebrûlés) dans la composition de l’assemblage. Un vieillissement sous les tropiques accélère les échanges entre le rhum et le fût, ce qui a pour effet de colorer plus rapidement le rhum qu’un vieillissement en Europe. Le nez nous en dira plus… Une teinte rougeoyante nous indique l’ajout de caramel en quantité parfois importante.

2° Le nez du rhum : Des promesses…

Approchez le verre de votre nez mais pas trop près. Vous avez peut être un rhum au fort degré d’alcool qui pourrait agresser vos narines. Inutile d’agiter le rhum en faisant tourner le verre, pour commencer laissez les arômes monter dans votre verre à rhum.

Humez profondément. Laissez vous envahir des sensations et des arômes qui se dégagent lentement.

Appréciez les arômes de canne à sucre, arômes de fruits exotiques, arômes épicés… Soyez à l’écoute de tous vos souvenirs olfactifs.

Posez le verre, attendez un peu, 10 à 20 secondes. Prenez une bonne respiration pour évacuer les arômes qui resteraient encore. Faites tourner lentement le rhum dans votre verre et humez à nouveau. Vous percevrez le second nez avec des arômes plus complexes et plus lourds (vanille, épices).

3° Le rhum en bouche : Texture et saveurs

Le plaisir anticipé au nez sera-t-il au rendez-vous ?

Prenez une petite gorgée de rhum et fermez la bouche (important car si vous dégustez en inhalant de l’air comme pour le vin, vous mettrez le feu à votre palais !).

Faites rouler cette gorgée sur et autour de la langue. Vous saliverez pour réduire naturellement le degré d’alcool avant d’avaler.

Appréciez la texture : fluide, le rhum vous semblera léger, plus gras ou velouté, il donnera une impression de plénitude.

Quelques secondes après avoir avalé le rhum, concentrez vous sur les saveurs et sensations qui persistent en bouche. C’est ce que l’on appelle la finale qui peut être ronde ou sèche, persistante ou courte, suave, boisée ou épicée, elle vous renverra encore des saveurs en retro-olfaction (consiste à aspirer de l’air par la bouche et expirer par le nez).retro olfaction

Il est nécessaire de répéter deux à trois fois la dégustation en bouche afin de cerner complètement les saveurs et les identifier dans nos souvenirs. Car l’élément important d’une description sensorielle, c’est avant tout un travail de mémoire personnelle.

L’ identification des arômes et saveurs n’est pas une science exacte, elle fait appel à nos souvenirs parfois lointains. Là où certains identifieront par exemple une saveur d’olive noire d’autres pourront penser à des notes de torréfaction voir de café, il n’existe pas de mauvaise réponse !

Si vous souhaitez enchaîner cet exercice de dégustation avec plusieurs rhums lors d’une séance de dégustation, il sera nécessaire de se « rincer » la bouche entre chaque rhum. Je vous recommande le pain de mie ou la mie de pain pour son caractère neutre et pour l’amidon qu’il renferme. Il aura pour effet de nettoyer les saveurs persistantes en bouche.

N’ayez plus peur de vous lancer, exercez vous dans un endroit le plus neutre possible et écrivez les mots comme ils viennent sur un petit carnet. Les salles de dégustation sont souvent blanches, sans odeurs et très silencieuses, l’exercice demande du calme et de la concentration.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de belles dégustations, et venez donc les partager sur notre page Facebook 😉

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Sachez apprécier et consommer avec modération.